En fonction du profil de la société et des points essentiels qui la caractérisent à travers son analyse financière, nous employons des méthodes très différentes en portant un intérêt très particulier à l'étude du capital immatériel :
Capital humain (l'intuitu personae du dirigeant, la présence d'hommes clés, la somme des compétences individuelles, l'expérience, le savoir-faire collectif). Nous apprécions la qualité et le potentiel des hommes. Dans le cadre d'une transaction, la capacité de l'entreprise à matérialiser ces connaissances, donc à pouvoir les transmettre, influera positivement sur la valorisation de l'entreprise. A l'inverse, la présence d'hommes clés détenant seuls une partie du savoir-faire de l'entreprise affaiblira cette valorisation, tout comme un fort inuitu personae du chef d'entreprise.
Capital clients (fidélisation, part du client le plus important dans le CA, zone géographique d'influence). Toute la dimension qualitative de l'activité distingue deux sociétés qui réalise un chiffre d'affaires équivalent et permet d'apprécier quelle sera celle qui créera de la valeur à l'avenir. La capacité à fidéliser ses clients, la récurrence du CA, la force d'un business model, sont autant de facteurs clés d'amélioration de la valorisation. Dans le cadre d'une transaction, le risque lié à la perte d'un client important sera particulièrement étudié.
Capital produits (les brevets, les marques, la notoriété des produits, le degré d'innovation, droit au bail, capital humain, NULL, capital organisation). Les produits peuvent être l'élément principal de la valeur d'une entreprise. C'est le cas pour les jeunes entreprises ou les plus innovantes. Lors d'une transaction, la capacité des produits à générer des ventes croisées avec ceux de l'acquéreur sera un critère clé.

A travers nos différentes approches, nous définissons la valeur de votre société sur la base de ces performances économiques, de son potentiel de développement mais également en comparant avec des sociétés cotées ou qui ont récemment fait l’objet de transactions.

Les méthodes mixtes

A partir de la situation comptable, nous procédons :

à la réévaluation des actifs de la société (fonds de commerce et capital immatériel – comme spécifié plus haut, matériel de production, stocks, créances) pour refléter le plus exactement possible leur valeur économique,

à la prise en compte des éléments qui ne sont pas pris en compte dans la comptabilité (revalorisation des biens financés par crédit-bail, engagements financiers donnés et reçus) et qui ont pourtant une valeur économique.

au reclassement des charges non indispensables à l’exploitation et représentant des économies substantielles pour refléter le potentiel immédiat de rentabilité de la structure.

 

Toute la valeur de ce travail repose sur la pertinence des réévaluations retenues pour exprimer le plus précisément possible la valeur économique et non comptable de votre société. Ces méthodes sont préconisées pour approcher la valeur des sociétés qui ont atteint un rythme de croisière sur un marché mature.

[/one-column]

CFK Finance © Copyright 2018. Réalisation Easy High T